Fête de tradition : la Sainte-Véronique

Les militaires sont attachés à leurs traditions, et notamment à leurs fêtes. Ils y voient un moyen de favoriser la cohésion des unités. Certaines de ces fêtes célèbrent le souvenir des vertus militaires illustrées dans des combats héroïques (Camerone, Bazeilles, Sidi Brahim…). La plupart célèbrent la mémoire du saint patron propre à chaque arme ou division d’arme.

Ces saints patrons, dont la désignation officielle est souvent récente (postérieure à la deuxième guerre mondiale), peuvent aussi avoir été choisis parmi les patrons de confréries ou de métiers proches de telle ou telle spécialité militaire.

Veronique vient du latin verus, « vrai » et du grec icon, « l’image ».

Tout naturellement, les photographes l’ont choisie comme patronne et la célèbrent chaque année le 4 février.

L’histoire de Véronique est liée à la passion de Jésus et plus précisément au Chemin de Croix. Le Christ s’affaisse sous le poids de la croix, une femme s’approche et essuie sa face. L’image de Jésus reste imprimée sur le tissu dont elle s’est servie.

Un « voile de Véronique » était conservé dans l’église Saint-Pierre de Rome dès le VIII siècle.

Depuis de nombreuses années, l’ECPAD perpétue la tradition en organisant au mois de février une grande fête laïque qui réunit le personnel de l’établissement lors d’une journée de cohésion dédiée à la patronne de l’image.

 01

partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».