Il y a 100 ans … la création de la Section Photographique et Cinématographique de l’armée (SPCA)

Le 6 février 1917, le général Lyautey, alors ministre de la guerre, annonce, dans une dépêche adressée au général commandant les armées du Nord et du Nord-Est, la fusion de la section photographique de l’armée (SPA) et de la section cinématographique de l’armée (SCA).

Ces deux sections avaient été créées conjointement en 1915 par les ministères de la Guerre, de l’Instruction publique et des Beaux-Arts et des Affaires Étrangères pour contrer la propagande adverse.

Leur mission: la constitution d’un stock d’images répondant à trois objectifs ; être intéressant :

  •             au point de vue historique (destructions, ruines…) ;
  •             au point de vue de la propagande par l’image à l’étranger ;
  •           –   au point de vue des opérations militaires, par la constitution d’archives documentaires.

Les deux sections (SPA et SCA) fusionnent en 1917 en une Section photographique et cinématographique de l’armée (SPCA). La SPCA est remplacée le 19 août 1918 par le service photographique et cinématographique de guerre (SPCG), après avoir constitué un fonds « Première guerre mondiale » dont l’ECPAD conserve 112 133 clichés et 2067 titres de films. Le fonds conserve notamment des clichés d’œuvres d’art, de monuments, de musées (avant et/ou après les destructions par la guerre).

Il faudra attendre 1920 et les besoins d’enseignement par l’image avec une forte dimension éducative pour  réactiver ce service dont l’ECPAD est aujourd’hui l’héritier.

Extraits de la dépêche du général Lyautey, ministre de la guerre, du 6 février 1917 :

(archives du Service Historique de la Défense)

 « J’ai l’honneur de vous faire connaître que j’ai été amené à organiser, à la date du 1 Février, les Sections Photographique et Cinématographique de l’Armée, de façon à mettre ces services en mesure de réunir une documentation des opérations militaires aussi complète et aussi minutieuse que possible, tant par la prise de vues fixes que par celle de films animés.

Les deux services sont maintenant réunis et constitués sur le modèle de la Section Photographique de l’Armée, c’est-à-dire qu’ils sont déliés de toute obligation vis-à-vis des organisations privées qui avaient prêté leur concours à leur création ; ils sont uniquement sous ma direction.

J’attire tout particulièrement votre attention sur le rôle de la Section Photographique et Cinématographique de l’Armée, ce rôle est avant tout, de permettre la réunion d’archives aussi complètes que possible concernant toutes les opérations militaires (préparation, exécution, chefs qui les dirigent, officiers et corps de troupe).

En outre, et dans la mesure où l’utilité est reconnue, la Section Photographique et Cinématographique de l’Armée doit rassembler, pour la propagande française à l’étranger, des clichés et des films susceptibles de montrer la bonne tenue des troupes, leur entrain et les actions héroïques qu’elles accomplissent. »


01bis

Le « camion » des reporters de la SPCA devant le Signal de Frescati, près de Lunéville le 27 avril 1917.

Photographie de Jacques Agié, opérateur à la SPCA – (SPA 43 X 1719/SPCA/ECPAD)

 

 

02bis

Les reporters de la SPA au travail à Limey (Meurthe-et-Moselle) le 4 mars 1916.

Photographie de Jacques Agié, opérateur à la SPA – (SPA 13 X 464/SPA/ECPAD)

partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».