Journal de guerre n°14, semaine du 6 janvier 1940.

Les sujets abordés cette semaine :
– Noël 1939 aux armées,
– l’infanterie et l’artillerie à l’avant.

Noël 1939 aux armées.
Noël 1939 est longuement évoqué sous ses différents aspects traditionnels : les cadeaux, la gastronomie, les divertissements et, enfin, la célébration religieuse. Dans une gare, les colis, en provenance de toute la France et destinés aux militaires, sont déchargés de wagons postaux pour être chargés dans des camions. Par ailleurs, le gouvernement leur remet 10 000 postes de radio, tandis qu’un généreux mécène britannique, dont l’identité est tue par le commentaire, offre 2 000 ballons de football, dont les premiers sont distribués par le général Requin accompagné d’un officier supérieur britannique.
Témoignant de la prévenance dont bénéficient les soldats mobilisés en ce jour de fête, un montage insiste sur l’abondance des réserves de l’armée française : sacs de farine entreposés mis en parallèle avec un troupeau de vaches qui, dans les plans suivants, se transforme en quartiers de viande ; fabrication de charcuterie mis en parallèle avec celle du pain ; sans oublier la distribution de bouteilles de champagne. Cadeaux et victuailles parviennent ensuite aux avantpostes à dos de mulets. Tandis que sont exaltées des valeurs comme la générosité et la solidarité, les soldats, heureux, reçoivent et déballent leurs paquets.
Le soir, un repas est servi autour du sapin richement décoré puis des spectacles sont donnés sur différentes scènes : clown jongleur, danses folkloriques alsacienne et basque, accordéoniste figurent au programme. De leur côté, les enfants assistent à un divertissement théâtral avant de recevoir leurs cadeaux, offerts par des militaires. Une messe est célébrée à l’intérieur d’un ouvrage de la ligne Maginot, à l’embranchement de 2 galeries. Citant George VI, nsouverain britannique, le commentaire rappelle les causes du conflit avant d’exalter la civilisation chrétienne (« Une véritable civilisation ne peut être édifiée sur aucune autre base » (sic)).

Infanterie et artillerie à l’avant.
Dans un paysage de givre, une sentinelle se réchauffe à l’aide d’un café servi dans un quart. D’autres quittant leurs abris, progressent dans des boyaux puis patrouillent en forêt. Plusieurs pièces d’artillerie de différents calibres, allant de 75 à 320 mm, sont alimentées en obus, pointées vers l’objectif à atteindre puis font feu avec fracas. Muet durant cette séquence, le présentateur conclut le film sur cette affirmation : « l’avenir sera tel que nous le voulons tous car le courage des nôtres est indomptable ».

Note :
Le commentaire de l’émission télévisée « Dans les caves du fort d’Ivry » (1978), portant la référence FT 1252, attribue la réalisation de ce Journal de guerre au cinéaste Jean Delannoy.

« Retrouvez ici l’histoire du Journal de guerre ».

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : Semaine du 6 janvier 1940.
  • Évènement : Journal de guerre n°14
  • Référence : J14
  • Copyright : ECPAD
partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».