Journal de guerre n°4, semaine du 09 octobre 1939.

Les sujets abordés cette semaine :
– dans les Alpes avec nos soldats, avec en particulier des vues de Briançon,
– en Alsace, dans la région de Strasbourg,
– une présentation de matériels militaires.

« Dans les Alpes avec nos soldats ».
Le reportage s’ouvre sur le minage d’une route avant de se poursuivre sur le camouflage de la conduite forcée et des bâtiments du barrage du Chambon, puis sur des vues des fortifications militaires de Briançon : la citadelle, les forts des Têtes et du Randouillet.
Plusieurs sujets, de durée variable, se succèdent alors par ordre croissant d’altitude, les transitions étant assurées par les locutions adverbiales du commentaire telles « Ici… » ou bien « Plus haut encore, … ».
Au pied de la citadelle de Briançon, le général de brigade Pieri passe en revue des artilleurs de montagne accompagnés de leurs mulets, dont certains portent une pièce d’artillerie.
Dans l’église d’un village, monseigneur Grummel, évêque de Maurienne, bénit les fanions de diverses unités de chasseurs alpins, qui défilent ensuite dans les rues alors que retentissent les cloches.
Au matin, dans le cadre d’une manoeuvre, une colonne de mulets, portant armement et éléments de construction (étais, planches), gravit un sentier de montagne. A proximité du fort du Télégraphe, un soldat répare un automate mû par le vent.
Le général Cyvoct inspecte des soldats qui construisent un abri fortifié.
Sur les hauteurs, plusieurs pièces d’artillerie sont mises en place. Outre une mitrailleuse antiaérienne et un canon de 105 mm Schneider L13S, l’accent est mis sur un mortier de 280 mm Schneider M 14/16, mis en batterie à plus de 2 700 mètres.
A 3 000 mètres, dans un paysage désormais enneigé, trois estafettes motocyclistes circulent sur la « route la plus haute d’Europe ». Le soir, soldats et mulets, déchargés de leur fardeau, redescendent vers leur cantonnement.
Le reportage s’achève sur des vues de Fort-Queyras, citadelle située à Château-Ville-Vieille.

« En Alsace ».
Dès le début de septembre 1939, l’état-major décide de l’évacuation de Strasbourg et sa région. Après le contrôle d’identité de correspondants de guerre français à l’entrée de la ville puis un aperçu de ses défenses, la bibliothèque universitaire, « l’une des plus riches bibliothèques de France » précise-t-on, est vidée de ses ouvrages : les livres sont sortis des rayonnages puis chargés dans des camions pour être mis à l’abri. De même, dans la campagne alsacienne, les objets sacrés des églises, temples et synagogues (bibles, thoras, statues, etc.) quittent les lieux de culte pour être mis en sécurité. Accompagné du Requiem de Gabriel Fauré, le commentaire insiste sur le caractère émouvant de cette « pieuse mission », témoignage de l’union sacrée entre les trois religions, catholique, protestante et juive. Toujours dans les environs de Strasbourg, les soldats rassemblent dans une ferme les animaux domestiques des fermes évacuées (bovins, chèvres, ânes, volailles, cygnes, porcs) ainsi que les pensionnaires des parcs zoologiques (lama, zèbre).
Redescendant des lignes, des artilleurs prennent leurs cantonnements dans un village, sous le regard des enfants. Trois généraux viennent assister à une séance de théâtre aux armées, qualifiée de « gamine et très rieuse parodie d’un théâtre de plus grand art » (1).
Dans la grange d’une ferme, des soldats au repos participent aux travaux agricoles, autour d’une moissonneuse-batteuselieuse.
Lors de la rentrée des classes en Alsace, les mères accompagnent leurs enfants à l’école où l’institutrice leur apprend une chanson de geste.

Matériels militaires.
Après une transition assurée par le présentateur, ce Journal se termine sur un florilège de divers matériels de l’armée française, illustrant la « force tranquille mais combien puissante » de la France : montage alterné d’images de chars B1 sur un train avec des avions alignés sur un terrain, dont un avion de combat Potez 631, convoi de camions Latil TAR remorquant des canons de 145/155 mm M1916, passages de chars B1 une voie ferrée, décollages d’avions de combat Morane Saulnier MS-406. Après une remise de décorations à des tankistes, alignés près de chars Renault R35 (2), le reportage se termine sur un groupe de pilotes posant devant le MS-406 n°252.

Notes :
(1) Parmi les trois généraux, sont reconnaissables le général d’armée Huntziger, commandant la 2e armée, et le général de corps d’armée Flavigny. Par ailleurs, aucune image du spectacle n’est montrée ; seul un ballet parodique, donné par des soldats travestis en danseuses, est préalablement filmé à l’extérieur. Quant à la localisation du reportage, il est possible qu’il se déroule à Mercy-le-Bas ou Mercy-le-Haut, en Meurthe-et-Moselle (voir reportage photographique de référence 2ARMEE 16), ce qui toutefois entre en contradiction avec l’intitulé du reportage (« En Alsace »).
(2) Cette cérémonie se déroule en présence du général Requin, commandant la 4e armée, ce que ne dit pas le commentaire, par ailleurs peu loquace pendant ce sujet consacré aux matériels militaires.

« Retrouvez ici l’histoire du Journal de guerre ».

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : Semaine du 9 octobre 1939.
  • Évènement : Journal de guerre n°4
  • Référence : J 4
  • Copyright : ECPAD
partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».