Journal de guerre n°8, semaine du 18 novembre 1939.

Les sujets abordés cette semaine :
– le départ et le retour d’une escadrille de reconnaissance,
– la visite d’un groupe de chasse par des autorités,
– les villes de Sarreguemines et Forbach en Moselle,
– une visite d’officiers supérieurs anglais sur la ligne Maginot,
– un poste-radio de campagne,
– un exercice de franchissement de rivière,
– la visite de journalistes américains aux charbonnages de Lorraine,
– des tirailleurs marocains,
– à Chamonix, une remise de décoration par un général.

Départ d’une escadrille de reconnaissance.
Dans un poste de commandement situé dans un sous-bois, après la cérémonie aux couleurs matinale, un pilote, chargé de porter un pli à un groupe de reconnaissance, prend place dans un avion-estafette qui prend ensuite son envol. Alerté, le groupe de reconnaissance prépare sa mission : ravitaillement en carburant d’un avion de reconnaissance Potez 63/11, installation des équipages dans les appareils et décollages de Potez 63/11 et de Potez 631.

Visite d’un groupe de chasse par des autorités.
Le général Vuillemin, chef d’état-major général de l’armée de l’Air, Edouard Daladier, président du Conseil, Guy La Chambre, ministre de l’Air, et le général Bourret rendent visite à un groupe de chasse, à la lisière d’un bois. A cette occasion, le général d’Harcourt, inspecteur général de l’aéronautique, est fait grand-croix de la Légion d’honneur puis félicité par les personnalités précédemment citées. Chaque aviateur du groupe reçoit ensuite la Croix de guerre 1939.

Sarreguemines et Forbach.
Victime de bombardements mais préalablement évacuée, la ville de Sarreguemines est désormais en ruine. Situées sur une rive de la Sarre, les positions allemandes sont observées au moyen de binoculaires et de mitrailleuses par les soldats postés derrière des barricades. Forbach vit une situation analogue, n’abritant plus que ses défenseurs. L’ensemble de ce reportage est accompagné de la Valse triste de Jean Sibelius.

Visite d’officiers supérieurs anglais sur la ligne Maginot.
Témoignage de la coopération franco-anglaise, des officiers supérieurs de la RAF (Royal air force), accompagnés de leurs homologues français, se rendent sur la ligne Maginot. Ailleurs, le journaliste anglais Hilaire Belbock rencontre le général Huntziger.

Poste radio de campagne.
Dans un poste de campagne de réception sans fil, un message, reçu de l’avant par radio, est transmis par pigeon voyageur au commandement. Ces images de baguages et de lâchers de volatiles, qualifiées de « simples, sincères, sans drame », contrastent, toujours selon le présentateur, avec la propagande allemande qui, elle, photographie de « prétendues prises de forts de la ligne Maginot ou de pseudo-redditions en masse de troupes françaises ».

Exercice de franchissement d’une rivière.
Le génie procède à un exercice de franchissement d’une rivière en crue. Une automitrailleuse de reconnaissance modèle 1933 Renault passe ainsi d’une rive à l’autre sur un radeau constitué de sacs de toile simplement rembourrés de paille.

Visite de journalistes américains aux charbonnages de Lorraine.
Un groupe de journalistes américains, dont fait partie H.R. Knickerbocker, se rend dans une usine lorraine, dont « l’intense intensification de la production témoigne de notre vitalité et de nos ressources ».

Tirailleurs marocains.
La présence des tirailleurs marocains sur le front est évoquée à travers plusieurs scènes : creusage d’un fossé antichar, cérémonial du thé, participation aux travaux agricoles (battage), repas, danse. La préparation et la dégustation d’un méchoui, fêtant la fin du ramadan, sont ensuite longuement présentées : après dépeçage et cuisson, les moutons sont présentés, d’abord suspendus à une broche puis découpés en morceaux, un général de brigade étant cordialement invité au repas, à l’issue duquel une parodie de mariage est organisée. S’il souligne les qualités et les exploits des tirailleurs, le commentaire reste toutefois fortement teinté de colonialisme.

Remise de décoration par un général.
A Chamonix, un commandant du génie, déjà titulaire de nombreuses distinctions, est décoré par un général, probablement le général Huntziger. Un défilé devant le monument aux morts clôt la cérémonie, alors que le commentaire est axé sur le rapprochement entre les soldats de 1939 et leurs aînés de la Première Guerre mondiale.

Retour de l’escadrille de reconnaissance. (1)
Les appareils Potez 63/11 et Potez 631 rentrent de leur mission, « scrupuleusement accomplie », certifie-t-on, atterrissant sur un terrain situé à la lisière d’un bois.

Note :
(1) La mission de ce groupe de reconnaissance structure ainsi l’ensemble de ce « Journal de guerre », qui débute par son départ au matin et se termine par son retour le soir, et est censé raconter une « journée de novembre de la France en guerre ». Par ailleurs, des images de Potez en vol s’intercalent entre les 5e et 6e sujets, respectivement intitulés « Poste-radio de campagne » et « Exercice de franchissement d’une rivière ».

« Retrouvez ici l’histoire du Journal de guerre ».

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : Semaine du 18 novembre 1939
  • Évènement : Journal de guerre n°8
  • Référence : J 8
  • Copyright : SCA
partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».