Journal de guerre n°9, semaine du 24 novembre 1939.

Les sujets abordés cette semaine :
– les activités des chasseurs alpins dans le massif du Mont-Blanc,
– des travaux de fortifications sur la ligne Maginot,
– la récolte en zone évacuée,
– dans l’Est évacué,
– la vie quotidienne à Colmar,
– dans une gare parisienne, des soldats partent en permission,
– les exploits de la Marine,
– les exploits de l’aviation.

Activités des chasseurs alpins.
Dans le massif du Mont-Blanc, les chasseurs alpins, aidés de montagnards, achèvent la mise en place du téléphérique de l’Aiguille du Midi, bientôt le plus haut du monde d’après le présentateur.
Les éclaireurs skieurs suivent ensuite un entraînement rigoureux dans un paysage enneigé : progression, tir couché au fusil-mitrailleur FM modèle 24/29, observation (1). Le sergent Charlet procède à une démonstration d’escalade d’arête, de passage de crevasse puis de descente en rappel. Une progression sur un glacier clôt l’entraînement (2). De retour dans la vallée, les chasseurs sont passés en revue par un général (3).

Travaux de fortifications.
La visite sur la ligne Maginot d’Anthony Eden, accompagné de représentants des dominions, dont il est chargé au sein du gouvernement britannique, inaugure une exaltation du commentateur pour l’aide apportée par la Grande-Bretagne. La stratégie adoptée par les Alliés, celle de la « guerre de forteresse », est alors illustrée par un montage de travaux de fortifications, qui s’achève sur le décoffrage d’une casemate.

Récolte en zone évacuée.
Les soldats récoltent choux et pommes de terre dans les champs abandonnés, les intérêts des propriétaires étant partout ménagés, assure-t-on.

Dans l’Est évacué.
Dans les villages évacués de l’Est, la prévenance des autorités à l’égard des biens des habitants restés sur place est mise en avant : gendarmes et soldats patrouillent dans les rues et surveillent les maisons ; placardée sur la porte d’une demeure, une lettre de 3 sous-officiers du génie témoigne de leur passage dans la bâtisse et de l’état de propreté dans lequel ils l’ont quittée.
Dans la rue d’un village, des meubles sont chargés dans des camions qui gagnent la gare de Boulay (Moselle) : le mobilier y est alors embarqué dans un train à destination de Poitiers. De leur côté, les machines aratoires sont stockées dans des parcs de récupération. D’après le commentaire, ces images contredisent la propagande, qualifiée d’imbécile et d’infâme, qui cherche à faire passer cette évacuation pour une « organisation systématique du vol ».

La vie quotidienne à Colmar.
S’ouvrant sur la plaque commémorant le tricentenaire du rattachement de Colmar à la France, le 15 septembre 1935, ce reportage insiste sur le caractère pittoresque de la ville, notamment de sa maison des Têtes. Les étals fournis du marché puis les sorties d’une usine et d’un lycée témoignent, selon un présentateur rassurant, du haut moral des habitants.

Soldats partant en permission.
De nombreux soldats enthousiastes, français mais aussi britanniques, partent en permission. A l’approche de l’hiver, ils bénéficient dans une gare parisienne d’une distribution gratuite de vin chaud, en présence d’un général de corps d’armée.

Exploits de la Marine.
Débutant par un montage en banc-titre de unes de journaux, consacrées aux exploits des aviations et marines alliées, cette séquence relate la visite d’un amiral à bord du torpilleur « Siroco ». N’apportant aucune information sur cette cérémonie, le commentaire rappelle les différentes étapes de la guerre maritime qui oppose les Alliés à l’Allemagne : pénurie et restrictions sévères en Allemagne consécutives au blocus à l’importation, emploi par la Marine allemande de mines magnétiques, blocus à l’exportation imposé à l’Allemagne.

Exploits de l’aviation.
Comme l’atteste un titre de presse daté du samedi 25 novembre 1939, 14 avions ennemis ont été abattus en 48 heures. Les débris de quelques-uns d’entre eux (Dornier DO 17, Messerschmitt Me 109) sont longuement présentés, sous le regard des badauds. Capturé intact, un Messerschmitt Me 109 est entreposé sous un hangar tandis qu’un Dornier DO 17 gît à l’orée d’un bois. Le sujet se termine par un bref montage d’appareils français : un avion de reconnaissance Bloch 131 sur lequel s’affaire un mécanicien ; une escadrille d’avions de combat Potez 631 dans lesquels prennent place les pilotes ; un alignement d’avions de combat Curtiss H75 sur un terrain ; enfin, plus longuement, des avions de combat Morane-Saulnier MS-406 sur le départ.

Notes :
(1) Il s’agit vraisemblablement du 86e BCA (Bataillon de chasseurs alpins).
(2) Les chasseurs, ici à l’entraînement sur le glacier des Bossons, appartiennent au 199e BCHM (Bataillon de chasseurs de haute montagne).
(3) Le commentaire ne précise pas l’identité de l’officier : il s’agit du général d’armée Touchon, commandant la 6e armée. Les troupes présentes lors de la cérémonie, qui se déroule à Chamonix, appartiennent peut-être au 86e BCA. Les informations ci-dessus proviennent des légendes des reportages photographiques correspondants, de références 6ARMEE 5 et DG 94.

« Retrouvez ici l’histoire du Journal de guerre ».

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : Semaine du 24 novembre 1939
  • Évènement : Journal de guerre n°9
  • Référence : J 9
  • Copyright : ECPAD
partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».