Accueil » photos » Histoire » Le fort de Douaumont et ses environs après l’offensive du 15 décembre 1916

Le fort de Douaumont et ses environs après l’offensive du 15 décembre 1916

Le fort de Douaumont et ses environs après l'offensive du 15 décembre 1916

Le 12 décembre 1916 le général Nivelle nomme le général Guillaumat à la tête de l’armée de Verdun. Le 15 décembre une offensive française est lancée et les objectifs en sont facilement atteints (côte de Poivre, Vacherauville) : en trois jours les Allemands perdent le terrain qu’ils avaient mis cinq mois à conquérir. En quelques jours les Français conquièrent cinq ouvrages fortifiés et font 11300 prisonniers. Pour plusieurs mois Verdun redevient un secteur calme.
- à Vacherauville : vue prise de la côte de Poivre sur les villages de Bras et de Charny, vue prise des premières lignes allemandes enlevées lors de l’offensive du 15 décembre 1916 au sud-est de Vacherauville (SPA 42 L 2021/2024), les abords du village en ruines, le commandant Thinus et ses officiers (SPA 32 L 2032), des soldats dans les tranchées de départ de l’offensive au lieu-dit du monument (SPA 42 L 2043), le dernier train arrivé, avant l’offensive, au pied de la côte de Poivre (détruit, SPA 42 L 2046) ;
- sur le canal de l’Est, les péniches ayant servi au repli des troupes françaises avant l’offensive du 15 décembre, coulées par les bombardements allemands (SPA 42 L 2030) ;
- à Verdun, le général Mangin dans son jardin et dans son bureau (SPA 42 L 2033/2034), panoramas pris des tours de la cathédrale de Verdun, sur la côte de Poivre, sur Belleville et sur Saint-Michel (SPA 42 L 2035/2036/2039), une barricade dans une rue de Verdun (SPA 42 L 2041), les ruines de la ville (SPA 42 L 2042) ;
- sur la route entre Verdun et Douaumont : la gare de ravitaillement de Adelbert à 500 m du fort de Douaumont, le transport d’un blessé venant des premières lignes, un cantonnement dans le ravin des Vignes (SPA 42 L 2061/2062/2072), l’entrée des abris de l’ouvrage d’Adelbert (SPA 42 L2079), les défenses de barbelés du PC ” MF4 ” près de Fleury, le poste d’abri des quatre Cheminées, l’entrée de l’ouvrage de l’abri des quatre Cheminées, un blessé français ramené par des prisonniers allemands sur Decauville, un cadavre français (SPA 42 L 2071/2075), la bifurcation des pistes entre Douaumont et Adelbert (SPA 42 L 2080/2081) ;
- à Douaumont, dans les ruines de l’église, le capitaine Le Bris (commandant le fort de Douaumont) et un opérateur de la SPA (Section Photographique des Armées), probablement Samama-Chikli, (SPA 42 L 2121) ;
- au fort de Douaumont, le commandant Le Bris dans les premières lignes allemandes prises pendant l’offensive (SPA 42 L 2059), l’entrée sud du fort (SPA 42 L 2074), la piste d’arrivée au fort (SPA 42 L 2087), la face sud-est du fort, vues de paysages quasi lunaires autour du fort, deux cadavres dans la boue de Douaumont (SPA 42 L 2096), un trou d’obus français de 400 mm devant l’entrée du fort (SPA 42 L 2108/2113/2122), la face sud-ouest du fort (SPA 42 L 2136), le fossé de la face nord (SPA 42 L 2139), à l’intérieur du fort, des troupes de passage au repos, l’infirmerie (ancienne infirmerie allemande), le magasin des vivres (SPA 42 L 2148 à 2151) ;
- aux abords du fort de Douaumont : le ravin du Helly, des cadavres français et allemands dans un trou d’obus (SPA 42 L 2085), différentes vues prises des observatoires du fort, sur la côte de Poivre, sur la pleine de Woëvre au sud-est ;
- à 800 m du fort de Douaumont, au lieu dit des Chambrettes, l’avion du capitaine de Beauchamps (Farman F40) abattu le 15 décembre 1916 (SPA 42 L 2123/2127, voir reportage SPA 41 L) ;
- vue du village de Bras détruit, un soldat seul dans les ruines, SPA 42 L 20454/2047 ;
- le portrait d’un inconnu, SPA 42 L 2152.

Lancer la galerie photo