Le monde libre et l’Egypte.

En 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser décide de nationaliser le canal de Suez et d’en prendre le contrôle total. D’autres actions de Nasser, présenté comme une mauvaise imitation d’Hitler (1), sont également dénoncées : l’offensive contre Israël à partir du Sinaï ; la constitution d’une armée égyptienne, filmée lors d’un défilé au Caire, avec l’aide d’anciens militaires nationaux-socialistes et de matériels soviétiques, précise le commentaire ; la fournitures d’armes au FLN (Front de libération nationale) en Algérie, comme l’illustre l’arraisonnement du navire « Athos » par la Marine nationale ; l’appel à la guerre sainte lancé à la radio.
Face à cela, la réplique du « monde libre » s’effectue en deux temps : la campagne du Sinaï menée par l’armée israëlienne et l’intervention franco-britannique sur le canal de Suez.
En quelques jours, l’armée israëlienne occupe le Sinaï. Capturé, le destroyer égyptien « Ibrahim » est remis en état dans le port d’Haïfa puis incorporé dans la Marine israëlienne. Un grand nombre de matériels d’origine soviétique sont saisis comme les chars T-34 et les canons automoteurs SU-100. Les prisonniers égyptiens sont placés dans des camps : l’un d’entre eux, le sergent Ali Mahmoud Moussa, évoque ses bonnes conditions de détention (2) ; également faits prisonniers, des généraux et colonels égyptiens jouent au volley-ball.
L’intervention franco-britannique débute le 1er novembre 1956. Afin de protéger le débarquement massif des troupes par mer, des avions de combat Thunderstreak F84F sont armés sur la base aérienne britannique de Chypre. Pendant ce temps, les parachutistes du 2e RPC (Régiment de parachutistes coloniaux) embarquent dans des avions de transport Nord 2501 pour être largués au-dessus de Port-Saïd et Port-Fouad. Cette conjonction des forces entraîne une neutralisation rapide des soldats égyptiens de Port-Fouad jusqu’au canal de Suez. Des sabotages d’usines ainsi que des sabordages de navires dans le canal ont été effectués sur ordre de Nasser, mais les nageurs de combat de la Marine nationale participent au rétablissement de la navigation.
Contredisant la propagande nassérienne, qui annonce le naufrage du cuirassé « Jean Bart », une visite de prisonniers égyptiens est organisée à bord du navire, à Toulon. Dans le même ordre d’idées, un renforcement du dispositif français par un débarquement de blindés, dénoncé par le ministre des Affaires étrangères égyptien à l’assemblée des Nations unies, n’est en fait que le débarquement yougoslave de la force de l’ONU (Organisation des Nations unies). L’expulsion des Juifs égyptiens est un autre moyen de représailles employé par Nasser.
En conclusion, après un rappel de l’amitié traditionnelle entre la France et l’Egypte, qui a permis la construction du canal, d’écoles et d’hôpitaux, l’inefficacité de la politique de Nasser envers son peuple ainsi qu’envers les réfugiés arabes de Palestine est soulignée. Alors que les forces de l’ONU prennent le relais, l’intervention franco-britannique est de nouveau justifiée et le président égyptien mis en garde par cette ultime phrase : « Nasser doit cesser de narguer le monde libre et de mettre en péril la paix ».

Outre les images des opérateurs du SCA, le montage de ce film incorpore des images des actualités françaises et israëliennes.
(1) Le rapprochement du régime de Nasser avec l’hitlérisme est présent tout au long du film, notamment quand le commentaire évoque l’aide d’anciens militaires nationaux-socialistes à la constitution de l’armée égyptienne ou bien une « propagande à la Goebbels ».
(2) Les propos de ce prisonnier sont intelligibles sur la bande sonore et sous-titrés en français.

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : Janvier 1957
  • Lieux : Algérie, Canal de Suez, Chypre, Egypte, France, Israël, Le Caire, Port-Fouad, Port-Saïd, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Toulon, Var
  • Évènement : Le monde libre et l'Egypte.
  • Personnes : Hitler, Nasser
  • Équipe de tournage : SCA : Service Cinématographique des Armées
  • Référence : SCA 113
  • Copyright : SCA : Service Cinématographique des Armées - ECPAD
partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».