Le ski en 1914 – 1918

En cette période de commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale, l’ECPAD a puisé dans ses fonds d’archives Première Guerre mondiale pour vous faire découvrir quelques séquences inédites avec les chasseurs alpins en 1914 – 1918.

Après la loi du 24 décembre 1888 portant création des troupes de montagne, certains bataillons de chasseurs à pied se spécialisent dans le combat en zone montagneuse et  prennent le nom de « bataillons alpins de chasseurs à pied » (BACP)[1].  À la différence des régiments d’infanterie alpine qui occupent des postes fixes, les BACP sont des unités mobiles qui, à l’origine, parcourent les Alpes afin d’en repérer les itinéraires et points de franchissement, dans le but de prévenir une éventuelle invasion italienne. En 1896, un lieutenant du 28e BACP à Embrun et des chasseurs du 22e BACP à Bourg-Saint-Maurice utilisent pour la première fois des skis dans un cadre militaire. La pratique se généralise ensuite rapidement.

Pendant le premier conflit mondial, les chasseurs alpins, employés comme troupes de choc pour percer les lignes adverses,  participent à de nombreux combats, non seulement en montagne (Alsace et Vosges, Italie, Macédoine), mais également sur l’ensemble de la ligne de front.

En 1918, les opérateurs de la section cinématographique de l’armée filment des éléments du 28e bataillon de chasseurs alpins à l’entraînement dans les Vosges, d’abord dans la tenue classique (vareuse et pantalon en drap bleu foncé) puis en tenue blanche de combat. Le système de fixation des skis ne permet pas à l’époque une grande latitude de mouvements. La technique des virages est celle du télémark, qui consiste en une génuflexion de la jambe intérieure en relevant le talon, accompagnée d’une poussée du ski extérieur que l’on fait déraper sur sa partie arrière. Le chasse-neige est largement pratiqué. Toutefois les chasseurs se livrent, lorsque la pente est régulière, à d’élégantes évolutions. Les essais de sauts sont en revanche plus hasardeux. Les hommes expérimentent par ailleurs des dispositifs de transports de blessés.


[1] Jusqu’en 1916 le terme « bataillon de chasseur alpin » ne s’applique qu’aux unités de réserve, pour les différencier des unités d’active.

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : 1914 - 1918
  • Référence : Extrait des références : 14.18 A162 / 14.18 B 53 / 14.18 B 676
  • Copyright : ECPAD
partager cet article

Partager
cet article

Facebooktwittergoogle_plusmail
articles associés

Articles
associés

Conditions d'utilisation:

Les photos d'actualité proposées sont libres de droit pour un usage exclusif à des fins d'information, et tant qu'elles sont accessibles en ligne sur ce site Internet pour une durée de 30 jours à compter de la date de publication de l'article associé.

Pour tout autre usage, contact devra être pris auprès du pôle commercial de l'ECPAD (+33 1.49.60.52.07). Les photos d'actualité sont téléchargeables à l'unité ou en totalité par reportage en cliquant sur l'onglet « Télécharger tout le reportage ».