Accueil » photos » Histoire » L’indépendance algérienne, juillet 1962 à travers les archives de l’ECPAD

L’indépendance algérienne, juillet 1962 à travers les archives de l’ECPAD

L’indépendance algérienne, juillet 1962 à travers les archives de l’ECPAD

L’indépendance de l’Algérie est proclamée le 5 juillet 1962.

Le processus politico-militaire qui conduit à celle-ci est long et complexe. Près de 8 années de guerre et de négociations informelles ont été nécessaires pour parvenir aux accords d’Évian et au cessez-le-feu de mars 1962[1] puis à l’indépendance.

À travers ce portfolio, il a semblé intéressant d’observer, dans un premier temps, le processus référendaire qui permet au général de Gaulle de légitimer la politique d’autodétermination qu’il décide de mettre en place après son discours du 16 septembre 1959.

Ces consultations populaires jalonnent les grandes étapes historiques de la deuxième partie de la guerre d’Algérie et conduisent à l’autodétermination du peuple algérien. Elles sont au nombre de trois :

  • le 8 janvier 1961, le référendum sur l’autodétermination,
  • le 8 avril 1962, le référendum sur les accords d’Évian,
  • le 1er juillet 1962, le référendum sur l’indépendance de l’Algérie.

Sont évoquées également les manifestations européennes et algériennes qui se déclenchent parallèlement au processus politique et qui accompagnent notamment ce qui sera le dernier voyage du général de Gaulle en Algérie, entre le 9 et le 13 décembre 1960.

Les reportages photographiques montrent que les Algériens et les partisans de l’Algérie française s’affrontent, idéologiquement et même parfois physiquement, à l’occasion des manifestations organisées en faveur du général de Gaulle. Le « Vive de Gaulle, vive l’Algérie française » des journées de mai 1958 laisse alors la place au « Vive de Gaulle, vive l’Algérie algérienne » de décembre 1960. Encouragés par la politique algérienne défendue par l’État français, les Algériens n’hésitent plus à manifester dans les rues en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Visuellement, la guerre d’Algérie ne se joue plus dans les zones opérationnelles mais bien dans les grands centres urbains, comme le montre une jeunesse algérienne manifestant au grand jour son désir d’indépendance, drapeaux et pancartes dans les mains.

En contrepoint, un reportage photographique révèle la répression par les forces de l’ordre, suite à une manifestation en faveur de l’indépendance, au mois de novembre 1961. Une certaine mise à distance photographique est en train de disparaître et va se retrouver dans la couverture des affrontements entre l’OAS et les forces de l’ordre dans les mois qui suivent la signature des accords d’Évian.

Une sélection de photographies illustre également les quelques journées de transition entre le référendum du 1er juillet 1962 et la proclamation de l’indépendance du 5 juillet 1962.

Enfin, après la proclamation de l’indépendance du 5 juillet, la production des opérateurs du SCA redevient plus « classique », plus convenue.

C’est dans cette perspective qu’est abordé, dans un second temps, « l’après Évian », à travers l’évocation du retrait des troupes françaises, le devenir des Européens d’Algérie et des harkis, ainsi que la poursuite des expérimentations nucléaires sur le sol algérien jusqu’en 1966.


[1] Voir sur le sujet le portfolio et le dossier « Les accords d’Évian ou la deuxième guerre d’Algérie, 18 mars – 30 juin 1962 à travers les archives de l’ECPAD » en ligne sur www.ecpad.fr.

Lancer la galerie photo